Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Actualités > Les deux aides financières les plus courantes pour le maintien à domicile

Les deux aides financières les plus courantes pour le maintien à domicile

Le 23 février 2021
Les deux aides financières les plus courantes pour le maintien à domicile

Le maintien à domicile est un choix que chacun est libre de prendre. Pour permettre la réalisation de ce choix, des aides financières ont été mises en place par l'État. Ces aides sont nombreuses et il n’est pas toujours évident de savoir à quelles aides vous avez droit. Pourtant, connaître l’existence de ces aides et savoir si vous pouvez en bénéficier pourrait vous soulager d’un poids financier important. Focus sur les deux aides les plus courantes.

L’APA, une aide destinée aux personnes de plus de 60 ans


L’APA, Allocation Personnalisée d’Autonomie, est une aide universelle destinée aux personnes dépendantes. Elle finance le maintien à domicile (services à domicile, aides techniques non prises en charge habituellement les régimes d’Assurance Maladie) en cas de perte d’autonomie. Elle est attribuée par le Conseil Départemental. L’APA est l’aide la plus courante dans le domaine du maintien à domicile. Le montant est fixé à la suite d'une visite d’évaluation des besoins réalisée par un membre du Conseil Départemental. Ce montant varie en fonction des besoins et de l’importance de la dépendance. Il peut atteindre 1747,58 € / mois (au 1er janvier 2021) et peut prendre en charge les aides techniques. Il est modulé en fonction des ressources du bénéficiaire, mais n’est jamais nul en cas de dépendance. Pour en effectuer la demande, il faut remplir un dossier disponible auprès du Conseil départemental, de l’assurance maladie ou mutuelle, d’un CCAS (Centre Communal d’Action Sociale), d’un CLIC (Centre Local d’Information et de Coordination) et de nombreux autres acteurs du domaine médico-social (Assistantes sociales hospitalières, Réseaux de santé…)


Pour qui?

  • Les personnes de plus de 60 ans
  • Résidant en France
  • Nécessitant d’une aide dans l’accomplissement des tâches essentielles à la vie quotidienne
  • Ne bénéficiant pas d’une allocation d’aide sociale pour les personnes âgées, à la PCH (Prestation de Compensation du Handicap), à la majoration pour Aide Constante d’une Tierce Personne ou encore à la Prestation Complémentaire pour Recours à Tierce Personne.

Attention : une demande d’APA formulée pour une personne bénéficiant de ces aides peut entraîner la perte du droit à ces aides.

Pour en savoir plus, vous pouvez rendre sur le site suivant.

La PCH, une aide destinée aux personnes ayant un handicap inné ou acquis avant 60 ans


La PCH est la Prestation de Compensation du Handicap. Elle finance les dépenses liées à la perte d’autonomie des personnes handicapées. Son montant est calculé en fonction du niveau d’autonomie, l’âge, les ressources et le lieu de résidence. Elle couvre les dépenses d’aides humaines, d’aides techniques, d’aides à l’aménagement du logement et du véhicule, d’aides spécifiques et exceptionnelles et d’aides animalières (chien guide par exemple). La PCH est versée par le Conseil départemental. Pour obtenir cette aide, il faut en faire la demande à la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH).

La PCH peut-être cumulée avec l’Allocation aux Adultes Handicapées (AAH), qui est une aide financière attribuée aux personnes handicapées. Il s’agit d’un complément de revenus calculé en fonction du niveau d’incapacité, de l’âge, de la résidence et des revenus de la personne.

Pour en savoir plus, vous pouvez vous rendre sur le site suivant.


La PCH, pour qui?

  • Les personnes avec un handicap apparu avant 60 ans (la reconnaissance de ce handicap peut toutefois intervenir après le soixantième anniversaire).
  • Nécessitant une aide dans la réalisation d’actes quotidiens
  • Ne bénéficiant pas de l’APA


Autres aides possibles : 

De nombreuses autres aides sont possibles, soit pour couvrir des dépenses liées à la prévention de la perte d’autonomie, soit pour garantir un certain niveau de ressources aux personnes fragilisées (exemple : Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées, AAH précédemment citée…).

L’Agence Nationale de Habitat (ANAH), les Caisses de retraites, les mutuelles, les Conseils Départementaux peuvent ainsi accorder des aides, le plus souvent ponctuelles, parfois récurrentes, pour aménager son domicile en fonction de difficultés fonctionnelles (sans pour autant parler de dépendance), aider au retour d’hospitalisation, ou financer des services à domicile au bénéfice de personnes fragilisées. Certaines de ces aides peuvent être également orientées vers l’achat d’aides techniques. Les critères de cumul avec la PCH ou l’APA ou encore d’autres aides sont parfois complexes. Il est recommandé avant tout dépôt de dossier de bien se renseigner, notamment auprès d’une assistante sociale, afin de s’assurer de la compatibilité des aides et de ne pas perdre de droits.


En sus de ces aides, l’adaptation de son domicile ou le financement de services à domicile peuvent dans de nombreux cas ouvrir droit à des réductions ou crédits d’impôts. 

    

Vous souhaitez bénéficier d’un accompagnement de l’URMAD ?

L’URMAD, association indépendante, est l’Unité de Retour et Maintien à Domicile. Elle propose une expertise entièrement gratuite de votre domicile en fonction de vos besoins, de votre situation, en lien avec vos professionnels de santé. Pour en savoir plus, contactez-nous au 0 800 500 800 (numéro vert - appel gratuit depuis un fixe).


Vous souhaitez soutenir l’association ?

Etre bien chez soi est un droit et pour que ce droit s’applique à tous, l’URMAD a besoin de votre soutien. Vous pouvez soutenir l’URMAD en devenant bénévole ou en réalisant un don.

Cette actualité est associée aux catégories suivantes : Actualités