Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Actualités > Comment bien coordonner son retour à domicile après une hospitalisation?

Comment bien coordonner son retour à domicile après une hospitalisation?

Le 23 février 2021
Comment bien coordonner son retour à domicile après une hospitalisation?

Après une hospitalisation, le retour à domicile peut s’avérer compliqué pour diverses raisons : manque de renseignements, de matériel médical, d’aides humaines ou encore problèmes dans la prise de rendez-vous. Il peut l’être d’autant plus si la personne est fragilisée, âgée, ou encore avec des limitations fonctionnelles ou cognitives. Ces difficultés peuvent être source de stress qu’il est possible d’éviter ou limiter via une bonne anticipation, organisation et un accompagnement adapté.

1) S’organiser en amont de la sortie

La sortie d’hospitalisation demande de l’organisation et du temps. Il faut prévoir les soins dont vous aurez besoin à votre sortie, les aménagements éventuels de votre domicile et bien d’autres détails encore liés à votre vie quotidienne. Tout cela se prépare en amont de la sortie en lien avec vos proches et vos professionnels qui interviendront chez vous, tout en tenant compte des recommandations hospitalières. Ces actions sont indispensables pour limiter le stress ou les désagréments liés à un retour à domicile mal préparé.

2) Si vous le pouvez, parler avec vos proches

Gérer un retour à domicile seul paraît complexe. C’est dans ces moments qu’il ne faut pas hésiter à s’entourer et à discuter avec ses proches. Ils vous permettent de garder un lien social. Leur présence contribue à réduire l’isolement dont vous pourriez souffrir. Un proche peut devenir un aidant non soignant et aider aux tâches ménagères, et faciliter la discussion avec vos soignants. Il peut agir en tant que coordinateur pour favoriser le maintien à domicile, mais il convient alors de s’assurer qu’il dispose de toutes les compétences et les ressources pour cela. La discussion avec vos proches vous permettra également d’évaluer le niveau d’aide qu’ils seront susceptibles de vous apporter une fois rentré chez vous. A ce sujet, il convient de prendre garde à ne pas surcharger vos proches afin d’éviter de les épuiser. « Qui veut aller loin ménage sa monture » : cet adage est également vrai si vous souhaitez que vos proches puissent vous accompagner dans la durée.

Cette discussion permettra également d’aider à déterminer les aides professionnelles à mobiliser.

3) Demander des conseils à une assistante sociale

Même en étant bien organisé, même avec l’aide de son entourage, la situation peut vite devenir compliquée à gérer. Dans ce cas, il est possible de faire appel à une assistante sociale hospitalière. Celle-ci se chargera de vous conseiller et de vous guider tout au long de votre retour à domicile. Elle pourra vous écouter, échanger avec vous. Elle ne s’occupera pas seulement des problèmes financiers et économiques auxquels vous devez faire face mais aussi de tous vos problèmes organisationnels. Elle sera un véritable soutien pour trouver des solutions qui correspondent à vos besoins. Dans certains cas, l’établissement de soin dans lequel vous vous trouvez pourra vous proposer cette aide. Mais s’il ne le fait pas, n’hésitez pas à la réclamer.

4) Prendre contact avec vos professionnels de santé, des services de soins et d’aides à domicile

Avant votre sortie, il est important de savoir de quels soins vous allez avoir besoin. Pour cela, renseignez-vous auprès de votre équipe soignante hospitalière. Il est possible que vous ayez besoin d’une équipe à domicile pour vous aider et poursuivre vos soins : des aides-soignants, un auxiliaire de vie, un infirmier, un kinésithérapeute ou encore une aide-ménagère. Dans ce cas, il est important de prendre contact avec chaque professionnel. Pour l’intervention d’aides-soignants, il vous faudra alors être mis en relation avec un Service de Soins Infirmiers à Domicile (SSIAD). 

Pour les actes d’hygiène et d’aide à la vie quotidienne, il vous faudra alors contacter un service d’aide à domicile. Celui-ci évaluera et s’adaptera à vos besoins et vous aidera dans l’accomplissement d’actes essentiels à la vie. Il organisera son planning en fonction de vos disponibilités. Veillez également à pouvoir vous alimenter correctement et n’hésitez pas à contacter un service de portage de repas si nécessaire.

Pour faire les bons choix et recevoir les soins et services dont vous avez besoin, vous pouvez en parler avec votre équipe de soins hospitaliers ou encore à une assistante sociale de votre établissement de soins.

Dans tous les cas, dès connaissance de votre date de retour à domicile, n’oubliez pas d’informer votre médecin traitant, ceci afin de vous assurer une bonne coordination et continuité de vos soins.

5) Se renseigner sur les aides financières disponibles

L’angoisse du retour à domicile peut être aussi financière. Les soins et/ou les aménagements dont vous avez besoin, peuvent rapidement avoir un coût élevé. Cependant, ce coût ne doit pas être un frein à votre retour. Il existe de nombreuses solutions. L’Etat a mis des aides financières en place. Ces aides couvrent de nombreuses situations. Parmi ces aides, on peut citer l’APA, l’Allocation Personnalisée d’Autonomie, destinée aux personnes âgées dépendantes ou encore, la PCH, Prestation de Compensation du Handicap, qui finance la perte d’autonomie des personnes handicapées. Ces aides sont les plus communes mais il en existe bien d’autres. Pour en savoir plus, vous pouvez en parler avec votre assistante sociale si vous bénéficiez d’un tel accompagnement, vos proches ou encore votre équipe soignante. Il ne faut surtout pas hésiter à aborder le sujet avec eux si vous pensez avoir besoin de ces aides.

6) Prendre ses rendez-vous médicaux

Le suivi médical est primordial après une hospitalisation. Il ne faut pas négliger ou retarder ses rendez-vous médicaux et prendre le temps de bien suivre son traitement. Les rendez-vous peuvent concerner des soins infirmiers ou un rendez-vous de suivi avec un spécialiste (chirurgien vous ayant opéré le cas échéant, radiologue, cardiologue…). Il est important de savoir quels rendez-vous vous devez prendre et ainsi ne pas hésiter à poser la question à vos soignants hospitaliers avant de rentrer chez vous. Si cela n’est pas possible, il vous faudra alors faire le point très rapidement avec votre médecin traitant sur le sujet dès votre retour à domicile. D’où l’intérêt une fois encore de bien prévenir votre médecin traitant de votre date de sortie.

Afin de ne pas oublier vos rendez-vous, n’hésitez pas à utiliser de nombreux moyens : note en agenda électronique en créant des alertes, inscriptions en agenda papier ou sur calendrier bien visible… Éventuellement, informez vos proches de vos dates de rendez-vous par précaution complémentaire. Peut-importe la solution adoptée, le principal est de vous assurer un suivi optimal pour vous soigner au mieux.

7) S’assurer que son domicile soit adapté

Vous vous apprêtez à rentrer chez vous après une hospitalisation et vos capacités physiques peuvent en être amoindries. Avant votre retour, vous devez vous assurer que votre domicile soit adapté pour vous assurer un cadre de vie optimal. Pour cela, vous pouvez échanger avec vos proches et des professionnels de santé pour trouver des solutions. Il se peut que des aménagements soient nécessaires surtout en situation de limitations fonctionnelles (difficultés au lever, à la marche, à la toilette…). Ils doivent impérativement être faits avant votre retour. Qu’ils soient minimaux comme la mise à disposition d’une simple canne, modérés avec l’installation d’un lit médicalisé ou d’équipements médicaux plus lourds, ou plus importants comme l’installation d’une cuisine adaptée, d’un monte-escalier, réfection d’une salle de bain, ces aménagements sont fondamentaux pour votre bien-être et ne doivent en aucun cas être négligés. Pour vous aider, il existe également des aides financières, via votre caisse de retraite, l’ANAH (Agence Nationale de l’Habitat) et bien d’autres organismes.

Notez que pour les équipements médicaux (type lit, cannes, fauteuils roulants…), ceux-ci vous sont alors prescrits par un médecin en fonction de vos besoins et font le plus souvent l’objet dans ce cas d’une prise en charge par vos organismes obligatoires et complémentaires d’Assurance Maladie.

8) Prendre contact avec des associations de soutien

Le retour à domicile peut s’avérer compliqué à vivre. La solitude et les nombreuses questions que vous vous posez peuvent jouer sur votre moral. Et, en cette période de convalescence, il est primordial de vous sentir compris, accompagné et soutenu. C’est ce que peut vous apporter une association de patients. Échanger avec des personnes qui ont la même pathologie que vous, vous apportera confiance et vous permettra de parler librement de vos problèmes et d’apprendre des autres. Il existe de nombreuses associations en fonction soit de votre pathologie, soit de vos besoins (par exemple : rompre la solitude).

Pour vos proches aidants, vous pouvez également vous rapprocher de structures et d’associations d’aides aux aidants. Les solutions sont de plus en plus nombreuses en la matière.

9) Prendre soin de soi

Après une hospitalisation, le retour chez soi est un moment attendu et désiré. Il faut donc profiter de ce moment pour faire attention à soi. Il est indispensable de suivre scrupuleusement les recommandations de vos professionnels de santé. Cela passe par un respect du suivi de votre traitement, de votre régime alimentaire éventuel, et de vos rendez-vous médicaux et paramédicaux. Respectez également les éventuelles recommandations en matière de limitation de mouvements ou de précautions lors de ceux-ci. Vos proches, intervenants à domicile, vos soignants vous aideront au quotidien dans le suivi de ces recommandations pour vous permettre de profiter de votre domicile librement et sereinement dans un environnement que vous affectionnez.

Vous souhaitez bénéficier d’un accompagnement de l’URMAD ?

L’URMAD, association indépendante, est l’Unité de Retour et Maintien à Domicile. Elle propose une expertise entièrement gratuite de votre domicile en fonction de vos besoins, de votre situation, en lien avec vos professionnels de santé. Pour en savoir plus, contactez-nous au 0 800 500 800 (numéro vert - appel gratuit depuis un fixe).


Vous souhaitez soutenir l’association ?

Etre bien chez soi est un droit et pour que ce droit s’applique à tous, l’URMAD a besoin de votre soutien. Vous pouvez soutenir l’URMAD en devenant bénévole ou en réalisant un don.

Cette actualité est associée aux catégories suivantes : Actualités